No matter what age. No matter what gender. Love Is Love
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(erin) Dis moi que tu m'aimes, que la vie est belle, que ce monde est fou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Admin

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Points : 57
Messages : 20
Date de naissance : 01/05/1982
Age : 36
Emploi/Etudes : Romancière, animatrice d'activité écriture/lecture au refuge


MessageSujet: (erin) Dis moi que tu m'aimes, que la vie est belle, que ce monde est fou Ven 3 Nov - 10:42

Erin Gainsborough

nom: Gainsborough, le nom de mon père, celui qui m'a frappé à l'annonce de mon homosexualité. Le nom marital de ma mère, celle qui ne m'a pas aidé à la vue de cette scène. prénom(s): Erin un prénom féminin, ils devaient pensé que comme ça, je deviendrais la parfaite petite épouse, soumise à son mari. date de naissance et âge: 1er mai 1982, j'ai 35 ans lieu de naissance et nationalité: Philadelphie, américaine origines: Américaine emploi/études: Romancière à succès, j'anime aussi des groupes de lecture et d'écriture au refuge. quartier: West Philadelphia orientation sexuelle: Je ne suis attirée que par les courbes féminines, ce qui m'a causé pas mal de problèmes.  statut matrimonial: Mère d'un garçon de onze ans. groupe: Lesbi-honest avatar : Brittany Snow


Anecdotes et les habitudes de ton personnage Un chocolat chaud le matin et un verre de whisky le soir, le grand écart mais le chocolat est son symbole de l'espoir de passer une bonne journée, l'alcool est là pour lui faire oublier sa mauvaise journée.  +  Née dans une famille conservatrice, elle s'est faîtes violer plusieurs fois par le meilleur ami de son père + Ces viols ont commencé après l'annonce de l'homosexualité d'Erin. + Elle lançait des signes à sa mère, en espérant qu'elle réagisse mais c'était comme si elle aussi elle était dans le coup, elle ne faisait rien, ne prêter pas attention aux différents appels de sa fille. + Erin a réussis à s'enfuir pendant une nuit, elle n'en pouvait plus, elle est allée au refuge, trouvé du réconfort. + A 23 ans, elle était enceinte de celui qui la violait. Honteuse, elle n'a jamais parlé des viols qu'elle a subit, elle a juste dit qu'elle ne s'était pas protéger avec un garçon. Des propos que l'un des représentants de l'association a toujours trouvé bizarre mais il n'a jamais cherché plus loin, ne voulant pas qu'elle se braque. + Elle a eu du mal à accepter son fils. + A l'association, il y avait une femme, beaucoup plus âgée qu'elle, elle l'a hébergé pendant plusieurs années le temps qu'Alison  ait suffisamment d'argent pour vivre seule. + Adam a un chat nommé Simba.


Etes-vous adhérant de Smalltown Boy ? : Bien sûr, c'est vers cette association que je me suis tourné quand j'ai fuis la maison où l'on me faisait du mal. Ce sont eux qui m'ont aidé à aller mieux, qui m'ont offert un toit et une sécurité, surtout pour mon fils. Ils auraient pu me juger, comme tout le monde, mais non, ils m'ont aidé à avancer, à aller mieux.

Quel est votre rôle dans cette association ?: Je viens souvent à l'association où j'anime quelques ateliers écriture. L'écriture m'a beaucoup aidé quand je n'avais personne à qui parlait ou juste quand j'ai eu honte de ma situation.


Pseudo sur le net: bloodywater Prénom: Emily Age:18 ans Fréquence de connexion: Aussi souvent que possible.   Inventé ou scénario : Inventé


Code:
<iii>[color=#990000]BRITTANY SNOW[/color]</iii> ~ [size=10][i]Erin Gainsborough[/i] [/size]
cobain.

_________________
   
Love will remember
Revenir en haut Aller en bas
Admin

avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Points : 57
Messages : 20
Date de naissance : 01/05/1982
Age : 36
Emploi/Etudes : Romancière, animatrice d'activité écriture/lecture au refuge


MessageSujet: Re: (erin) Dis moi que tu m'aimes, que la vie est belle, que ce monde est fou Ven 3 Nov - 10:45

Story of my life
 

 
C'est finit. C'est ce qu'elle se dit. Elle s'est vêtue de ses plus beaux vêtements, ceux que ses parents adorent. Elle était sûr de vouloir le faire mais elle ne savait pas comment. Internet était une bonne ressource à ses yeux. Ils lui ont dit comment elle pouvait partir. Elle a cherché une méthode pour ne pas souffrir. Ils disaient que ça ne faisait pas mal, pourtant à des moments elle sert les dents. Elle sent le sang coulait le long de son bras pour rencontrer l'eau. Ses manches commencent doucement à prendre la couleur rouge. Des fois elle a mal, des fois elle veut pleurer à cause de ça mais non, cette douleur est tellement moindre que celle psychologique. Elle se rappelle de la phrase de son père lui demandant si elle était gay, elle l'avait vu préparer sa main, elle savait que ça allait partir. Elle frissonne au souvenir de la baffe de son père, du regard de sa mère impuissante derrière lui. Erin avait l'impression que c'était comme d'un accord commun. Doucement, elle plonge sa tête sous l'eau pour arrêter d'entendre les paroles que son esprit lui diffuse. Elle ne veut plus rien entendre pourtant la voix de son père ne quitte pas son cerveau. Elle retient sa respiration, elle espère qu'elle lâchera, qu'elle partira par la même occasion mais dès qu'elle manque d'air elle remonte à la surface. Elle s'assoit dans la baignoire, respire fort pour essayer de reprendre une respiration normale. Pourquoi est-ce aussi dur que ça de partir ? Certains y  arrivent dès la première fois, c'est comme si elle espère un dernier espoir, une dernière preuve d'amour de la part de ses parents. A seulement vingt-un ans, elle est perdu. Elle pleure. Pourquoi elle n'y arrive pas ? Pourquoi quand elle repense aux mots d'internet, rien ne se passe comme ça ? Elle entend la porte de la maison s'ouvrir. Ses parents sont déjà de retour. Elle tourne la tête, attrape la lame de rasoir et essaie de se couper la peau, elle veut voir du sang, elle veut partir, laissez la partir. Mais ça ne marche pas, même si elle appuie fort, que le sang coule plus, elle ne se sent pas partir, comme si ce n'était pas son jour. Elle entend la voix de ses parents se demander où elle est, surtout elle ne leur répond pas. Son téléphone sonne, elle est sûr que ce sont eux. Ils doivent entendre la sonnerie car elle voit la porte qui sort de ses gongs. Elle voit son père qui arrive vers elle. Elle se débat, ne voulant pas de contact avec lui. Elle lui crie qu'elle veut mourir, qu'il doit la laisser. Son regard se pose sur sa mère en pleur derrière lui. D'un coup elle s'arrête. Est-ce une preuve d'amour ? Est-ce qu'elle l'aime comme avant elle l'aimait ? Son père arrive à la calmer, elle tombe contre son épaule et pleure, ne sachant plus quoi faire. Doucement son père fait pression sur ses poignets. Elle finira à l'hôpital pour ce jour-là. Ses parents seront proche d'elle, depuis qu'ils savent qu'elle est homosexuel, ils ne lui ont jamais montrer une telle preuve d'amour.

Alors qu'elle croyait à un conte de fée, à être à nouveau en famille, ils ne lui ont plus montrer d'affection, même quand elle en demandait. C'était clair, ils voulaient juste la garder en vie pour ne pas avoir sa mort sur leurs consciences. Il est difficile pour elle de vivre sans l'amour de ses parents, pourtant elle leur laisser une chance, elle se laissait une chance, une chance d'aller mieux, d'aller de l'avant. Ses parents ne lui adressaient que très rarement la parole mais au moins, ils ne lui faisaient pas de mal. Mais depuis quelques jours, elle a remarqué que quelque chose à changer, il y a cet homme qui vient souvent à la maison. Quand elle rentre de l'université, il est là, il lui sourit. Il paraît si aimable pourtant elle ne le sent pas. C'est un soir, lorsque ses parents sont partis faire des courses pour un dit repas, ils restent tous les deux. Elle monte dans sa chambre pour faire ses devoirs. Elle ne s'attendait pas à ce qu'on frappe à la porte. Crédule, elle dit d'entrer. Il rentre et comme à avoir des gestes déplacés envers elle. Il est collant, il l'a obligé à se lever pour qu'il la colle. Elle veut se débattre mais rien ne marche, il est plus fort qu'elle. Il la pousse sur le lit et déboutonne son jean. Ca a été le premier soir où il l'a salit, car ça a recommencé plusieurs fois. A chaque fois elle criait le prénom de Carrie, pour que son ex-petite-amie revienne l'aider, elle qui avait de gentils gestes envers elle. Dans ces moments là, elle regrettait de ne plus être avec elle, de lui avoir crier dessus lorsqu'elle lui a annoncé son départ pour Quantico. Elle aurait dû la suivre, qu'est-ce qu'elle a été conne de refuser. Elle n'aurait pas dû penser que ses parents l'aimerait malgré son orientation sexuelle.

Cela a duré pendant plus d'un an, régulièrement il s’immisçait dans sa chambre, il la violé et elle ne pouvait rien faire. De nombreuses fois, elle a demandé à sa mère de rester le soir à la maison, de nombreuses fois elle lui a dit avoir mal et pour ces nombreuses fois, elle n'a pas réagit. Un jour, ça a été de trop pour Alison. Il venait de quitter sa chambre. Elle pleurait sur son lit, n'ayant pas la force de se mettre dans les bras qui pourrait cacher sa nudité. D'un coup, elle a comprit qu'elle ne pouvait plus accepter ce qu'il se passait. Elle s'est levée, s'est habillé et à quitter la maison à son tour. Elle a airé dans la ville, cherchant un endroit où passait la nuit et pourquoi pas les prochains jours. Elle s'est assise sur un banc en centre-ville. Elle pensait être seule mais non, une vieille femme est venue s'asseoir à côté d'elle. Peut-être qu'elle a vu les marques sur son visage car oui, il ne se privait pas de la frapper quand l'envie lui prenait. Elle a posé sa main sur sa cuisse et lui a demandé comment ça allait. Pourquoi Alison s'est livrée à elle ? Elle n'en sait rien mais elle avait besoin de parlé, de dire qu'elle n'allait pas bien. Cette femme l'a mené au refuge de l'association Smalltown Boy. Alison en avait entendu vaguement parlé, pas assez pour se souvenir de leurs actions. On lui a offert un toit pour les jours qui ont suivis. Jusqu'à ce que cette femme la prenne chez elle à l'annonce de la grossesse d'Erin.Elle n'avait pas eu les signes avant-coureur d'une grossesse, les nausées elle n'a pas connu ça mais elle s'est sentis fatiguée Erin, elle avait même mal au ventre alors on l'a apporté à l'hôpital et le verdict est tombé. Elle ne pouvait pas y croire, pas elle, pas eux. Elle a renié son enfant à la naissance, laissant cette femme s'en occupé alors qu'Erin jonglait entre les petits boulots. A force de vivre auprès d'Adam, Erin a eu envie de s'en occuper, elle s'est rendit compte qu'elle n'avait pas le droit de le faire souffrir à cause de ce qu'il s'est passé, elle n'avait juste pas le droit de laisser tomber son enfant à cause d'un enfoiré.

Aujourd'hui, Erin est romancière, elle écrit du thriller, elle adore faire peur aux gens à travers l'écriture. Elle est toujours très proche de la femme de l'association, elle est même la marraine d'Adam. Adam a onze ans, il est un jeune adolescent en pleine santé qui vient seulement avec sa mère. Il n'a jamais demandé qui est son père, pour le moment mais Erin, elle a déjà prévu tout ce qu'elle devait lui dire, la vérité. Peut-être pas tout pour ne pas choquer sa jeune âme.  

 cobain.

_________________
   
Love will remember
Revenir en haut Aller en bas
(erin) Dis moi que tu m'aimes, que la vie est belle, que ce monde est fou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Born This Way :: We are the champions :: Killer Queen :: We Will rock you-
Sauter vers:
Navigation
>Philadelphie | >Smalltown Boy
>Libre service RP | >Jeux





Evenement
aucun evenement en ce moment
Membres du mois

Prénom & prénom